IFAT - Institut Français de l'Analyse Transactionnelle

Vie des concepts

Dans toute discipline, les concepts peuvent être considérés comme des éléments d'un ensemble plus vaste, la théorie, qui est la langue dont ils constituent le vocabulaire. La théorie, en tant que référence, oriente la pratique. D'autre part, la pratique, confrontant au « réel », à l'expérience, interroge la théorie en retour. Il y a donc lieu de distinguer deux dynamiques différentes, qui s'illustrent dans le développement de l'analyse transactionnelle.

D'une part les domaines d'application et les connaissances progressant sous l'impact des évolutions scientifiques et culturelles générales, une révision régulière des concepts et de la théorie est requise si l'on ne veut pas encourir le risque de voir cette dernière se scléroser en se crispant sur des savoirs rigidifiés. (On pourrait citer ici à titre d'exemple l'impact sur notre compréhension du développement du psychisme humain des recherches révolutionnaires sur l'observation du nourrisson, qui ont émergé au cours des vingt dernières années).

D'autre part l'analyse transactionnelle, comme toute connaissance, construisant son objet propre, ses hypothèses et sa méthode (dont une des spécificités de situer son objet à l'articulation des dimensions intrapsychique et sociale), s'est considérablement transformée entre le moment où Berne forgeait l'expression de psychiatrie sociale et la période actuelle, de par ce que cette pratique spécifique permettait de mettre en lumière. L'évolution de l'usage des concepts de transfert et de contre-transfert, ainsi que de processus parallèle, au cours des trente dernières années, est de ce point de vue, révélatrice.

Il nous est ainsi apparu pertinent d'utiliser le terme de « vie des concepts », pour signifier qu'ils ne sont pas des notions fixées une fois pour toutes, mais des références en mouvement, sujettes à des mutations.

Berne, lui-même, a donné de certains concepts centraux de l'analyse transactionnelle, des définitions différentes selon les périodes de sa vie et selon le stade de développement de sa théorie (que l'on pense par exemple aux concepts d'état du moi ou de scénario), montrant par là que sa pensée évoluait. A un niveau plus global, on peut considérer qu'il était nécessairement influencé par les conceptions de l'immédiat après guerre, qui ont eu un impact sur sa vision de la psychologie de l'individu et du « social ».

Depuis, les concepts de l'analyse transactionnelle ont connu des transformations plus ou moins importantes, à la faveur des évolutions des connaissances empiriques et théoriques dans des domaines aussi variés que, par exemple, la psychologie générale, la psychanalyse, la psychologie cognitive, la psychologie sociale, l'épistémologie, la sociologie.

Décrire la vie des concepts, c'est d'abord réfléchir à des questions comme : dans quels sens les concepts berniens ont-ils évolué? Sous l'influence de quelles connaissances internes ou externes à l'analyse transactionnelle? En quoi ces évolutions ouvrent-elles de nouvelles perspectives ? De quels risques de dérive ou de limitation sont-elles porteuses? C'est aussi permettre de dégager des axes pour une élaboration plus avancée de la cohérence et de la consistance de la théorie.

Sur un autre plan, ce projet nous apparaît également utile pour la transmission des connaissances en analyse transactionnelle. Il voudrait s'inscrire à un niveau intermédiaire entre les revues spécialisées en AT, de langue française, anglo-saxonne ou autres, revues dynamiques et souvent de haut niveau, et une littérature francophone qui se cantonne encore souvent dans le registre des exposés introductifs à un savoir « de base ».

Il s'agit bien sûr d'une entreprise de longue haleine. Notre projet est de lui donner une première impulsion, en proposant une méthode, et en l'appliquant à une série de concepts que nous considérons comme centraux en AT.

Nous sommes conscients que notre regard est loin d'être "vierge". Il est imprégné des connaissances et repères de notre époque contemporaine. Et s'il doit tendre vers la lucidité, celle-ci demeure un idéal, par définition hors de portée.

Notre objectif est donc en résumé de proposer un guide qui permettra au public intéressé par l'analyse transactionnelle de s'orienter parmi les différents chemins que les concepts ont tracé dans leur évolution, en soulignant les continuités, les bifurcations, les croisements, les expansions.

Notre méthode s'appuiera sur les quelques principes formels suivants.

Pour chaque concept nous nous attacherons à recenser les écrits majeurs postérieurs aux définitions originelles de Berne et à établir une bibliographie précise.

Nous en proposerons une synthèse, en insistant sur les inflexions et enrichissements apportés, évolution, développements, risques de dérive ou de limitation.

Nous serons attentifs à rendre compte des spécificités liées aux quatre champs d'application de l'analyse transactionnelle.

Nous porterons une attention spécifique aux cadres de références des auteurs (à titre indicatif : psychanalyse freudienne, psychanalyse de la relation d'objet, approche intersubjective, psychologie cognitive, neurosciences, approche constructiviste, ...)

Nous nous attacherons à maintenir un format fixe d'environ 2 à 3 pages pour chaque contribution.

Il pourra donc être nécessaire de traiter séparément divers aspects d'un même concept, lorsque celui-ci est de grande amplitude. On peut évoquer par exemple les concepts d'état du moi ou de scénario.

Creation de site Internet le havre