IFAT - Institut Français de l'Analyse Transactionnelle

Les concepts d'origine de l'analyse transactionnelle

Les besoins de base Les états du moi Les transactions Les jeux psychologiques Le scénario

Les transactions

La scène que vous pouvez lire ci-dessous va nous servir à illustrer les explications concernant le concept de transaction.

Bernard rentre du travail, il est content, il a reçu une promotion inattendue. Il sifflote, il se sent comme un enfant insouciant. Il arrive chez lui, sa femme Anne est dans la cuisine, elle épluche des légumes.

« J'ai une excellente nouvelle », lui dit-il.
Anne : « Quelle bonne nouvelle ? »
Bernard : « J'ai eu une promotion »
Elle lui répond avec un ton neutre : « Ah bon, tant mieux ».
Il ajoute : « Oui, je suis satisfait. »
Anne hausse les épaules et lui dit : « Enfin, une promotion, je n'y croyais plus » !
Bernard « Ah bon, mais pourquoi ? »
Anne soupire « Oh ! comme ça »
Bernard est vexé par cette remarque et lui dit « C'est toujours pareil avec toi, tu ne te réjouis même pas, j'en ai marre »
Anne rétorque « Non, c'est pas mal, mais depuis le temps que tu l'espérais, c'est normal ! »
Bernard lui dit : « Oui, bien sûr, avec toi tout est normal »,
Elle lui répond « Oui, ce n'est pas normal, mais depuis deux ans, ils te la doivent bien cette promotion ».
Bernard, énervé, dit : « Oui, eh bien viens dans mon entreprise, tu verras si c'est normal ! Décidément,
tu ne comprends vraiment rien
».
Anne est piquée au vif et lui répond « Eh bien, puisque je suis bête, fais-le toi-même le repas » et elle quitte la cuisine en claquant la porte.

La transaction est un échange entre deux personnes qui consiste en un stimulus et une réponse entre deux états du moi spécifiques.

Comme nous l'avons vu à propos des besoins de reconnaissance, « l'aptitude de la psyché humaine à conserver des états du moi cohérents semble dépendre de l'existence d'un flux de stimuli sensoriels toujours nouveaux.» Eric Berne1.

Les transactions favorisent les échanges verbaux et non-verbaux qui nourrissent nos besoins de base (structure, stimuli et reconnaissance).

Eric Berne a distingué trois différents types de transactions et trois règles de communication.

Les transactions simples et complémentaires 

L'état du moi « visé » répond directement à l'état du moi qui a émis le stimulus (P/P) (A/A) (E/E)… Les vecteurs sont parallèles.

Ex : A/A Bernard : « J'ai une excellente nouvelle »,
A/A Anne : « quelle bonne nouvelle? »

Dans ce dialogue, la conversation aurait pu continuer avec d'autres transactions parallèles et complémentaires contrairement à cet exemple, où Bernard attend sans le formuler une approbation de la part d'Anne.

Ce schéma de relation ci-dessous représente les neuf transactions complémentaires possibles2.

Les transactions simples et croisées

L'état du moi visé n'est pas celui qui répond :

Ex. : - Bernard A/A « oui, je suis satisfait »

Anne P/E «  enfin!... je n'y croyais plus »
L'état du moi, en réponse, vise un autre état du moi que celui de l'émetteur. Ici, il s'agit de l'état du moi E.

Dans ce cas, il y a un reproche, la communication devient difficile, Bernard continue sur un ton mal assuré : « ah bon… mais, pourquoi » ? » C'est avec son état du moi Enfant qu'il réplique.  Il change d'état du moi pour répondre à Anne, à partir de l'état du moi Enfant qu'elle visait, dans le but de rétablir la communication.

Les transactions cachées ou à double fond

On parle de transactions cachées lorsque l'émetteur envoie deux messages :

  • un 1er message social, explicite (souvent verbal) émis d'un état du moi s'adressant à l'état du moi complémentaire et parallèle chez le récepteur.
  • un 2ème message psychologique et implicite (souvent non-verbal) émis depuis un état du moi caché et qui vise un autre état du moi chez le récepteur.
Exemple d'un message social A/A avec un sous-entendu P/E

Anne à son mari : A/A«  oui, c'est pas mal, mais, depuis le temps que tu l'espérais, c'est normal ! »

Bernard : «oui, avec toi tout est normal »,
Message caché (psychologique) P/E :
Anne sous-entend : « De quoi te réjouis-tu alors que c'est normal ?»
Bernard sous-entend :« J'espérais une réaction positive »

C'est le message caché qui, à ce moment-là, va déterminer l'issue de ces transactions. Dans cet exemple, Anne claque la porte de la cuisine.

Les lois de la communication

  • 1ère règle : tant que les transactions demeurent complémentaires, la communication peut continuer indéfiniment.
  • 2ème règle : quand une transaction est croisée, il en résulte une rupture de communication.
    Pour rétablir la communication, au moins l'un des deux interlocuteurs devra changer d'état du moi et ainsi restaurer le parallélisme des vecteurs.
  • 3ème règle : dans les transactions cachées, c'est le message psychologique qui détermine l'issue de la transaction.

La nature des transactions dévoile ou révèle la qualité de la relation et la façon de structurer le temps.

Voir aussi : les besoins de base
  1. Berne Eric, Analyse transactionnelle et psychothérapie, Payot, 1971, p.85
  2. Berne Eric, Que dites-vous après avoir dit bonjour ?, Tchou, 1988, p.22
Creation de site Internet le havre