IFAT - Institut Français de l'Analyse Transactionnelle

Sommaire du n° 152

LA FORCE INVISIBLE DU PROTOCOLE

Archives 2014
N° 145 - Avoir une pensée à soi
N° 146 - Laisser une trace de son passage
N° 147 - Cadre, contrat, croissance
N° 148 - La théorie vit : Vive la théorie
N° 149 - Les risques nécessaires
N° 150 - Pensée : sources et ressources
N° 151 - Raconte-moi ton groupe

Edito : « La force invisible du Protocole »

par Catherine FRUGIER pp.1-2

Le protocole se rejoue dans notre vie d'adulte d'une manière tellement souterraine que pour l'appréhender il est nécessaire d'avoir suivi son propre chemin de connaissance de soi, et identifié les manifestations corporelles, émotionnelles, relationnelles de cette force. C'est ce qu'ont fait les trois auteures figurant ci-dessous.


« La peau en tant que contenant médiateur des relations entre soi et les autres : une exploration de la fonction psychologique des problèmes de peau »

par Katie BANKS pp.3-17

L'auteur examine la fonction contenante des problèmes de peau, en s'attardant sur le psoriasis, contenant à la fois littéral et psychologique. Elle établit des liens entre les concepts de la formation d'une seconde peau (Bick, 1968, 1986), le système de scénario (Erskine & Moursund, 2001) et la crise d'identité du scénario (Mazzetti, 1996). Elle utilise une étude de cas pour illustrer son propos et développer les théories évoquées.


« L'impact de l'absence et l'aspect ineffable du protocole »

par Steff OATES pp.18-37

L'auteur se penche sur un aspect relativement peu étudié de la perte, de la mort et du décès : l'absence. Elle raconte son travail avec plusieurs clients pour lequel elle a eu besoin d'ajouter une variante ou un nouvel élément à son répertoire d'analyse du scénario et des jeux ou encore de recourir à une déconfusion de l'état du moi Enfant. Cette approche, qui nécessite davantage de réceptivité pensive et un accompagnement dénué d'attentes, est particulièrement adaptée aux clients à la recherche de sens dans les lacunes non négligeables de leur éducation.


« La relation thérapeutique dans le traitement des traumatismes précoces »

par Anne NOE pp.38-68

S'appuyant sur de nombreux auteurs tels que Freud, Bowlby, Winnicott, R. Roussillon, D.N. Stern et d'autres, Anne Noé décrit l'impact des traumatismes précoces sur la constitution de l'être comme sujet. Articulant sa compréhension sur les courants récents en AT, principalement sur la théorie de J. Grégoire sur les états du moi, elle enrichit et approfondit la compréhension de la constitution du protocole et du scénario et jette par là un nouveau regard sur les origines des troubles identitaires et sur la psychothérapie des patients qui souffrent de « manque à être ». B.E


Le point sur…

« Des positions de vie aux opérations sociales : un nouveau regard sur l'enclos OK »

par Stan MADOREE pp.69-82

Stan Madoré reprend un des concepts incontournables de l'analyse transactionnelle qu'est l'enclos OK. Dans une démarche vivifiante, de son point de vue de PTSTA en Organisation, il ouvre une réflexion critique.


Forum

« Quel cadre posez-vous dans vos groupes »

par François VERGONJEANNE pp.83-84

Un cadre insuffisamment clair, inexistant ou confus, peut générer dans le groupe de l'angoisse, de l'agressivité, du désordre et du chaos. Et vous : quels cadres posez-vous dans vos groupes ? Comment les annoncez-vous et les faites-vous respecter ? Quels sont ceux que vous préférez et qui font de vos groupes de « bons groupes » ?


« La mayonnaise n'a pas pris »

par Magali POUJOL pp.85-86

Dans l'enseignement institutionnel, le groupe existe sous l'appellation classe ou groupe-classe. La classe apparaît être souvent plus un fantasme qu'une réalité. Elle est vécue comme la somme des individus qui la composent. Individus qui ne se sont pas choisis, pas plus qu'ils n'ont choisi d'être là.Qu'est-ce donc qui peut constituer ce « liant », qui fera que la mayonnaise prendra, image souvent entendue en salle des profs.


« On a eu de la chance, on était un bon groupe »

par Catherine PEYRAMOND-BROGGIO pp.87-88

En tant qu'animatrice, il est évident que je ne compte pas sur la chance pour avoir « un bon groupe », alors comment accompagner l'ajustement de chaque personne du groupe pour faciliter une bonne dynamique relationnelle dans le groupe ?


Creation de site Internet le havre