IFAT - Institut Français de l'Analyse Transactionnelle

Sommaire du n° 148

La théorie vit : Vive la théorie

Archives 2014
N° 145 - Avoir une pensée à soi
N° 146 - Laisser une trace de son passage
N° 147 - Cadre, contrat, croissance

Editorial

par Catherine Frugier (PTSTA-E)

Il nous a fallu un temps certain, lors de notre dernière réunion du comité de rédaction, pour trouver un titre à ce numéro 148 de la revue des AAT. Rien ne s'imposait vraiment, nous étions dans le flou, pas de ligne directrice en vue... jusqu'à ce que nous comprenions que nous nagions en plein processus parallèle. Ce numéro est celui de la vie, avec ses explorations, ses essais, ses tentatives d'explication,...


« Dits et non dits de la théorie bernienne : l'exemple de la reconnaissance »

par Jean Maquet (TSTA-P) et Jean-Pierre Quazza (CTA-O)

Après avoir énoncé les objectifs de leur démarche, les auteurs décrivent leur méthodologie de recherche sur les aspects conceptuels de l'analyse transactionnelle. À partir d'un premier inventaire des occurrences d'un concept dans les textes de Berne, ils cherchent à mettre en lumière le cheminement de la pensée de Berne, y compris dans ses glissements, ses incohérences, ses lacunes et ses raccourcis logiques. Pour illustrer leur approche méthodologique, ils ont choisi d'explorer le concept de reconnaissance, tant dans ses apparitions propres chez Berne, que dans les constellations d'idées qui lui sont généralement associées (comme « stimuli », « besoins de stimulation », « strokes » ou dans une déclinaison plus steinerienne, « économie des strokes »). Dans les troisième et quatrième parties, les auteurs s'attachent aux conditions propres à reconstruire une théorie de la reconnaissance qui tienne une place centrale dans l'articulation des concepts transactionnels, en particulier dans l'intégration de l'intrapsychique et du relationnel. Pour ce faire, de la même manière que Berne s'est appuyé sur des spécialistes de la psychobiologie (Spitz) ou de la psychosociologie (Mead), ils se sont attachés à prendre en compte des élaborations théoriques plus récentes du côté de la psychanalyse (Benjamin) ou de la philosophie sociale (Honneth).


« Mise à jour du modèle de fluidité fonctionnelle en éducation »

par Susannah Temple (CTA-E)

Ce nouveau modèle de fluidité fonctionnelle est accompagné d'un bref compte rendu des recherches qui ont mené à son développement. On explique les ressemblances et les différences qu'il présente avec d'autres modèles d'états du moi. On souligne aussi l'importance des concepts de fluidité fonctionnelle en éducation, ainsi que la possibilité d'utiliser ce modèle pour le développement tant personnel que professionnel des éducateurs. Qui dit éducation dit relations. Or, dans un contexte éducatif, plus ces relations sont positives et efficaces, plus les chances sont élevées pour les membres du groupe d'apprentissage de s'épanouir en tant qu'individus, mais aussi en tant qu'éternels apprenants (McCombs & Whisler, 1997). « La fluidité fonctionnelle montre l'efficacité du fonctionnement interpersonnel en termes de flexibilité et d'équilibre des modes de comportement utilisés par une personne » (Temple, 2002a, p. iv).


Interpellation théorique : « Activité »

par Christine Chevalier (TSTA-C et O) et Corinne Laurier (PTSTA-O)

Pour nous qui intervenons dans le champ des organisations, la notion d'Activité est au cœur de notre métier en tant qu'analystes transactionnelles. D'où la question : pouvons-nous nous appuyer sur les idées de Berne pour orienter nos interventions chez nos clients ou bien y a-t-il des zones non encore explorées par lui ?


« Jamais sans mon canapé : Eric Berne et les différences entre analyse transactionnelle et psychanalyse »

par Graham Barnes (TSTA-P)

Cet article présente un entretien avec le Dr. Q, c'est-à-dire un dialogue avec l'œuvre d'Eric Berne au sujet des rapports concrets et théoriques qu'entretiennent analyse transactionnelle et psychanalyse.

Que répondrait Berne à la question : « Quels sont les rapports concrets et théoriques qu'entretiennent l'analyse transactionnelle et la psychanalyse ? » ? Pour le savoir, G. Barnes a imaginé une conversation avec le Dr. Q (surnom que s'attribuait Eric Berne dans ses livres) afin d'explorer la vision d'Eric Berne de la psychanalyse, et plus particulièrement comment il concevait les liens entre cette science et sa pratique et sa théorie de l'analyse transactionnelle. Cet entretien consiste en fait en un dialogue avec « l'œuvre considérable » laissée par Berne (1972, p. 170). Barnes essaie d'éviter de faire dire au Dr. Q ce qu'il aimerait l'entendre dire. Il préfère lui faire utiliser des citations verbatim tirées des écrits de Berne. Des paraphrases, parfois, mais alors il en donne toujours la source. (Parfois, Barnes emmène le Dr. Q sur le terrain du badinage. Le lecteur s'en rendra compte au vu du manque de références. Même alors, il fait attention à ne rien lui faire dire qui soit incohérent avec ce qu'on trouve dans les livres de Berne.)


Forum

« Maman, quand est-ce que j'aurai le droit d'aller à un endroit où tu sauras pas où je suis ? »

par France Brécard (TSTA-P)

Un jeune garçon âgé d'une douzaine d'années, déclara un jour à sa mère :"Maman, quand est-ce que j'aurai le droit d'aller quelque part où tu sauras pas où je suis ?" La Maman fut très interpellée par cette demande. Elle aurait bien voulu le laisser libre de faire ses apprentissages, mais se sentait trop angoissée pour lui permettre d'aller où il voulait, sans dire où il était.

Entre liberté et protection, quelle sorte de parent sommes-nous ?


…et les réponses de :

  • Véronique Lenfant (CTA – C): « Protection et Permission dans l'accompagnement de carrière » et
  • Christophe Petitjean (CTA-C) : «Entre permission et protection... où sont la liberté et l'autonomie »? 

Creation de site Internet le havre