IFAT - Institut Français de l'Analyse Transactionnelle

Les Champs de l'A.T

La 5ème journée d'étude de SOCRAT : le contrat

13/03/2016

De Dominique Basarté

Le dimanche 7 février 2016 a eu lieu la journée d'étude 2016 de la SOCiété de Recherche en Analyse Transactionnelle proposant deux conférences de qualité autour d'un thème : Le contrat


- La première conférence était proposée par JACQUES DEKONINCK, TSTA-E éminent analyste transactionnaliste, fondateur de l'ARIATE association dont l'objectif était de développer l'analyse transactionnelle dans le champ éducation francophone.

           Son titre « le contrat : une ombrelle ou un foc »


-  La deuxième conférence était proposée  par Valèrie GAGELIN, CTA-E qui relatait sa réflexion sur le contrat alors qu'elle animait un groupe d'analyse de pratique pour des assistantes sociales de l'Education Nationale ; et ce, dans le cadre d'un Master 2 en sciences humaines et sociales, mention éducation et formation.

           Son titre «  le contrat, un révélateur de l'identité professionnelle ? »


Une audience de francophones ( belge, suisse, et français) ont témoigné par leur attention et l'enthousiasme de leurs réactions , qu'ils  avaient beaucoup apprécié ces deux conférences.

Le contrat : une ombrelle ou un foc

      

Jacques DEKONINCK a commencé sa conférence demandant :

1. ( avec malice aux Enfants rebelles) de ne pas croire ce qu'il dirait

2. ( aux Enfants adaptés) d'accepter sa réflexion, son cheminement, ses interrogations.


Il nous a proposé sa réflexion, ses interrogations autour de la pratique du contrat.

La problématique qu'il nous soumettait : “ quelle est notre part d'illusion quand nous déterminons le contrat à réaliser ?


Il a égrené sa conférence d'histoires métaphoriques pour illustrer son propos ; et de chansons d'un autre Belge, Jacques BREL pour accueillir et sonner la fin des pauses. Nos Enfants Libres étaient satisfaits, séduits.


Dans une démonstration étayée de points théoriques, de citations philosophiques, il a montré la nécessité du contrat pour la mise en mouvement vers une direction tout en soulignant l'impossibilité d'atteindre l'objectif fixé qui appartenait à la situation problème.

“ Un problème ne peut être résolu avec les modes de pensée qui l'ont engendré  “


Il propose donc de remplacer l'établissement d'un contrat par celui d'un objectif.

Il redéfinit d'autres repères pour les qualités d'un objectif :


P ositif, A utonome, R espectueux, A ccessible, D ynamique, I ntime, S pécifique


Il détermine le parcours de l'objectif en définissant un processus d'accompagnement en quatre étapes successives, basées sur des principes philosophiques : phénoménologique, herméneutique, constructionniste, stratégique ;

liées à quatre postures, quatre clés : accordage, décodage, recadrage, balisage.


Ce faisant Il souligne la nécessité d'élargir la fonction du contrat à la direction, “le chemin pour changer de cadre” avec une grande permission de viser non pas la réalisation du contrat parce qu'il appartient à la situation de départ, mais le chemin parcouru pour changer le cadre de référence.


Des activités ont été proposées au public : des dessins , une réflexion en petits groupes sur sa démonstration, sa proposition théorique et un partage en grand groupe des réactions.

Jacques commentait en fin de conférence son titre :

l'ombrelle pour la protection, ou le foc pour l'invitation qui pousse vers l'avant, et vers la liberté de direction. Il s'est retenu d'ajouter “ ou un mirage” qui lui paraissait provocant avant la  démonstration qu'il proposait dans son propos.


Plusieurs témoignages de professionnels ont adhéré très positivement à cette évolution théorique du contrat vers l'objectif en témoignant leurs difficultés à réaliser le contrat et de ressentir une grande permission à le prendre comme une direction, à déplacer son intérêt sur le parcours, le chemin vers l'objectif et à lâcher prise par rapport à la focalisation de sa réalisation.


Le contrat, un révélateur de l'identité professionnelle ?


Valérie Gagelin analyse son expérience de plusieurs mois de formatrice, lors de l'animation d'un groupe d'analyse de pratique d'assistantes sociales de Éducation Nationale.


Elle doit endosser le leadership alors que les membres appartiennent habituellement à un autre groupe dont le leader devient membre du nouveau groupe d'analyse de pratique. L'enjeu est donc de prendre sa place de leader face à un groupe qui a des habitudes de fonctionnement, un imago déjà construit avec un autre leader. 


Elle choisit le contrat comme sujet de son analyse, car il s'est imposé comme axe d'intervention pour affirmer positivement son leadership et comme un “ révélateur de son identité professionnelle”.


Elle relate son auto analyse réflexive des éléments marquants des séances, questionne sa responsabilité dans les “ ratés”, partage son questionnement des divers enjeux conscients et inconscients, et ses réponses à l'analyse de la situation.


Elle démontre comment l'outil contrat lui a permis en partenariat  avec le groupe

-        d'analyser la situation ( les multi-contrats engagés entre partenaires)

-        de déterminer la tâche ( expression des demandes et besoins du groupe)

-        de proposer un cadre de fonctionnement

-        de confronter les sorties de cadre

-        de questionner la réalité et de proposer des réajustements

-        de questionner ses croyances sur l'autorité

-        de satisfaire le besoin de structuration


Elle expose ses stratégies créatives mises en place

-        S'adapter à ce groupe: distance prise avec l'application du modèle de protocole d'analyse de pratique enseigné par l'institution universitaire ; diversification des protocoles d'analyse de la pratique proposés au groupe

-        Rituel instauré de la restitution au groupe de son analyse des données, en début de chaque séance.

-        Partage de ses attentes projetées, ses émotions en parallèle à leurs émotions (situation exceptionnelle), ses objectifs qui seront ses repères pour l'évaluation de son travail (cadrer, respect des règles d'intervention, reformuler.... )

-        Apports théoriques illustrant les problématiques rencontrées par les praticiennes.


Son analyse de l'évolution du groupe:

Le rituel de restitution à chaque début de séance s'est révélé très puissant. L'expression de chaque membre du groupe - y compris celle du leader - en affirmant la responsabilité de chacun a permis d'engager l'autonomisation des membres.


Ceux-ci ont fait alliance avec le leader en revendiquant le respect du contrat, en soutenant sa démarche de postulante au Master, en partageant l'intérêt de tous à réaliser la tâche commune d'apprendre à se former.

Son identité professionnelle s'est affirmée par ce processus autour du contrat.

-        La mise à jour de ses motivations  et de ses diverses identités professionnelles

-        la réflexivité permanente en séance et après

-        la nécessité de créer un espace de parole authentique par l'engagement dans la restitution et des moments de régulation

-        les appuis théoriques

-        Les permissions de s'adapter au contexte 


Le public a manifesté son intérêt en partageant ses réflexions activement.

L'ambiance générale de cette journée était donc enthousiaste et chaleureuse : le repas au restaurant, les pauses café ont permis de créer des rencontres et des liens.

Vraiment une journée très réussie.


Merci donc à ces deux conférenciers pour leur passionnante intervention ; et à SOCRAT  de satisfaire par ses propositions notre curiosité intellectuelle, nos besoins de partage et de chaleur humaine. 

Creation de site Internet le havre